side-area-logo
< Retour

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL

CAMPAGNE JOURNÉE MONDIALE DE L’EAU

DESCRIPTION

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau ce mardi 22 mars, Solidarités International et ici Barbès rappellent à travers une nouvelle campagne l’ampleur de la mortalité mondiale provoquée par le manque d’accès à l’eau potable.

Alors que l’accès à l’eau potable est reconnu comme un droit humain depuis 2010, 2,6 millions de personnes (dont 1,8 million d’enfants) meurent encore chaque année de maladies liées à l’eau. Aujourd’hui, 3,5 milliards d’êtres humains boivent chaque jour de l’eau dangereuse pour leur santé.

Le nouveau film, conçu par l’agence ici Barbès, prend le parti d’une sobriété absolue : un simple goutte à goutte évoque le peu d’égard de nos sociétés vis à vis de cette ressource pourtant vitale pour des milliards d’êtres humains, tout en égrainant le nombre de morts provoqués par son absence.

Une campagne illustrant les résultats d’un sondage Odexa 2016 révélant une double sous-estimation de la part des Français : celle de leur propre consommation d’eau potable et celle de l’hécatombe causée par son absence.

Un fléau encore largement sous-estimé
Quasiment tous les Français (95%) considèrent que l’accès à l’eau potable est un enjeu important mais se disent mal informés (57%) et appréhendent mal l’ampleur du problème. Difficile, pour nous qui avons l’eau courante depuis des décennies d’imaginer que ce fléau silencieux et invisible cause plus de décès que les guerres, les catastrophes naturelles ou le sida.

La forte inégalité d’accès à cette ressource vitale n’est pas perçue non plus
Nos concitoyens sous-estiment très fortement leur propre quantité d’eau potable consommée. Le volume moyen estimé est de 51 litres, soit quatre fois moins que le volume réel consommé (200 litres). Un quart des Français cite même « moins de 10 litres ». Les chiffres sur la faible quantité d’eau potable à laquelle l’Afrique Subsaharienne a accès (15 litres par jour et par personne) sont moins parlants lorsqu’on évalue aussi mal sa propre consommation.