créations

Le contexte

Les microplastiques sont omniprésents dans notre vie quotidienne, notamment dans les produits cosmétiques et ménagers. Une fois rejetés dans l’environnement, ils sont pratiquement impossibles à éliminer et restent à jamais présents, polluant l’océan et les milieux aquatiques.
Ils se propagent dans tout l’environnement, sont ingérés par la faune marine et finissent leur chemin dans nos assiettes, causant de graves problèmes de santé.

L’idée

Adopter une nouvelle tonalité : celle du choc.
Surfrider n’en est pas à son coup d’essai en ce qui concerne la sensibilisation des conséquences des microplastiques sur l’environnement.
Pour supporter une initiative européenne d’interdiction de leur utilisation, le ton de la campagne a été défini comme beaucoup plus brutal pour frapper les consciences dès le visionnage du visuel.

Le dispositif

La campagne diffusée sur les réseaux sociaux avec une mécanique « tap to open », invite l’internaute à aller sur la story suivante pour ouvrir une bouteille aux allures de tortue. Après 1 clic, la tortue se retrouve décapitée, et le message suivant apparaît : « Microplastics kill the ocean ».